Les Pays Bas


Les premiers villages néerlandais sont splendides. On est pas en Belgique mais les frites sont bonnes. 1er arrêt au stand au bout de 25 kilomètres, pas sur que les dépenses viennent compenser les apports cette fois-ci.


On repart tranquillement en direction du ferry et de Rotterdam. Les kilomètres sont assez difficiles dus au genou d’Emmanuel. Le premier ferry permettra de soulager un peu ces douleurs. 


« One way or round trip ?

— One way, we are going to Norway »


Regard surpris, on comprend assez vite que des questions émanent quant à notre santé mentale. 

Ciao bonne journée madame. Premiers kilomètres après le ferry, le genou d’Emmanuel ne tient plus. Par sagesse on décidera de mettre le vélo sur la voiture sur cette étape, il reste plus de 90 kilomètres et il est 16h, plus de temps à perdre.

Les fauves sont lâchés, vent 3/4 face sur les énormes digues hollandaises, on appuie pour rattraper le retard. 33 km/h de moyenne pendant une 1h30. Arrêt au stand on doit remplir de l’eau. Un village magnifique, une église et son gardien : on saisit l’occasion.  10 minutes plus tard on repart avec nos gourdes remplies d’eau bénite. 

Rotterdam est devant nous, le plus grand port d’Europe aussi. Plus que ! Kilomètres, l’étape a été éprouvante. Un pont à traverser et c’est bon. 

Un seul pont à traverser et c’est bon. 


Un seul et unique pont à traverser et c’est bon. 

 

Le pont est fermé, nos GPS ont du mal à trouver un chemin alternatif. On parcourra finalement plus de 15 kilomètres pour enfin arriver dans le centre ville. Une bière, quelques petits snacks mais toujours pas d’hébergement. 



L'arrivée à Rotterdam - Quelle aventure 

Il est 00:30, il commence à pleuvoir, la situation ‘est pas des plus confortables. On demande à rester dans des jardins : en vain. On nous indique un grand parc au Nord de la ville où les policiers ne devraient pas venir nous embêter. On y va, il bruine. Les jambes sont fatiguées de cette très longue journée. 


Entrée de parc, on y est, lus qu’à planter la tente. On croise un cycliste, on le voit intéressé par les vélos : 


« Where are you going ? » On lui explique qu’on vient de France mais qu’on va en Norvège et qu’on cherche un carré de jardin endroit pour dormir ce soir. 


L’idée lui plait, on fera connaissance plus tard. Direction son petit appartement. Le salon de Jimmy a été remplacé par une dizaine de vélos. On discute un peu : 


« T’as l’air d’aimer les vélos mon garçon ? 

— Ouais j’ai fini 17ème aux championnats des Pays Bas de cyclocross. »


Ah ouais quand même. Lucas et Emmanuel dormiront dans son salon entourés de vélos, Ludo et moi dans le van non rénové fraichement acheté. 


2h30 du matin, à ce rythme là on va bientôt se retrouver à pédaler la nuit et dormir le jour. Pas de temps à perdre, on se couche, à demain ! 



JOUR 4

Étape assez courte aujourd’hui, 80 kilomètres, Emmanuel souhaite reprendre le vélo malgré son genou douloureux. Jimmy ressort un de ses vieux biclous pour faire les 10 premiers kilomètres avec nous jusqu’aux premiers moulins. La journée est tranquille, le long des canaux hollandais


On déjeune tranquillement dns un café au bord de l’eau. Emmanuel passe plus de temps à parler du projet (ou d’autres choses) à la serveuse, qu’à manger son burger. Heureusement l’étape est courte, on arrivera à Amsterdam aux alentours de 18h30




L’histoire se répète, 21h30 nous n’avons toujours pas de logement, et très peu de personnes ont des jardins à Amsterdam. On tente tout : on poste sur un groupe d’expatriés à Amsterdam sur Facebook. Réponse 20 minutes plus tard, Henry peut nous accueillir avec une chambre pour chacun. 


On prendra bien entendu une nouvelle pinte avant de partir (s’hydrater c’est important). C’est aussi aujourd’hui qu’Emmanuel nous quitte. Merci pour tout ça a vraiment été un plaisir de partager ces 4 premières étapes avec toi ! 


Henry habite à 13 kilomètres dans la mauvaise direction : tant pis au moins on dormira au chaud. Après un accueil incroyable, on prend une douche et on traine pas trop pour se coucher, il est encore une fois presque 2h du matin

JOUR 5

Le réveil sonne, Henry est en télétravail. On descend dans la cuisine, un petit déjeuner gargantuesque nous attend. On le saluera uniquement de loin cette fois-ci mais une chose est sûre, on ne sous estimera plus jamais les groupes Facebook. 

Après avoir dit au revoir à Emmanuel par la même occasion, on prend la route. Mia (aka, la 3ème membre de l’équipe) nous a dégoté un bijou pour ce soir. Une nuit chez des hôtes de l’application Warmshowers, nous accueillant avec en prime des lasagnes cuisinées et un lit par personne. Seul petit hic, on est à 170 kilomètres, il est 11h et on a un ferry d’1h30 à prendre. 

La sortie d’Amsterdam est pénible, les routes également. Pour sécher ses vêtements Lucas les accroche sur sa sacoche. Le cuissard se prend dans le disque : un trou de plus de 10cm, plus de cuissard. Ça fait chier mais c’est fait. On vérifie le disque, on fixe à nouveau le cuissard et on repart. 

16h, on arrive enfin au ferry aux alentours de Enkhuizen. On a pas mangé, Ludo est pâti faire des courses mais le ferry part dans 10 minutes. Je négocie avec le capitaine du bateau pour attendre 2/3 minutes de plus, il accepte. Ludo arrivera à 16:10, nous laissera toute la nourriture et contournera le détroit (ferry interdit aux voitures). 



Le ferry passe relativement vite. 18:30 il reste plus de 91 kilomètres, on ingérera alors le plus de calories possible à la sortie du ferry pour être sûrs de tenir le coup. 3h plus tard on arrive enfin à Roden. Jan et Marian nous réserve le plus beau des accueils : douches, bières, lasagnes puis énorme nuit de sommeil. Le lendemain matin au petit déjeuner on apprendra que Jan est l’auteur de plus de 100 livres, traduits dans plus de 17 langues et que Marian a aidé un afghan à échapper à son pays et à la mort, l’hébergeant clandestinement pendant plusieurs années avant que celui ne devienne leur fils adoptif, naturalisé hollandais. Nos soirées sont aussi remplies que nos journées. On a déjà hâte de voir ce que la journée de demain nous réserve. 


Nous sommes bien plus qu'une équipe d'experts. Nous sommes une famille dont les membres partagent les mêmes valeurs. Nous utilisons notre passion et nos compétences pour faire la différence.

JOUR 6

J’ai passé une très bonne nuit. Dormir dans un lit a probablement aidé. Le pain servi au petit déjeuner nous rappellerait presque nos boulangeries. Encore une grande journée devant nous. On souhaite visiter Groninguen et Lucas a totalement déchiré son cuissard hier, il doit en racheter un à Décathlon. 

Pause café à Groningen dans un bikeshop. L’ambiance est sympa, je me retourne, mes parents. Visite pour le moins inattendue qui me fait le plus grand plaisir après 5 jours de vélo. Un jour qu’ils nous courent après et que Ludo essaye de coordonner les points de passage.

Il faut dire qu’on est relativement furtifs et pas forcément stricts sur les itinéraires. Un rapide café et on se décide à se diriger vers la frontière allemande pour manger tous ensemble.

Un burger, des frites tout ce qu’i faut pour pédaler longtemps. Mes parents repartiront en France le lendemain, nous continuerons vers la frontière allemande. 10 minutes après les avoir quittés, nous sommes en Allemagne, 4ème pays cette expédition. 

La suite en appuyant ci-dessous, notre court passage par l'Allemagne et son accueil.